Go to Top

Bon voyage!

Selon le documentaire ''Happy'' notre travail, le salaire que l’on gagne, notre statut social, n’affecte en réalité que 10%de notre bonheur. Si 50% de notre aptitude au bonheur est dû à notre génétique, il reste encore 40% de notre capacité au bonheur qui ne dépend que de nous et des choses que l’on décide de faire pour être heureux. Des choses qui nous montrent que la vie vaut la peine d’être vécue.

Pour ma part, ce qui me procure énormément de bonheur sur de longues périodes est de me lancer un défi et de franchir les étapes qui me permettront de le réaliser. Je choisis aussi de le faire généralement entourer d'amis qui partagent les mêmes passions.

Dimanche dernier, j'ai complété mon premier IronMan. Bien sûr j'ai commencé par des triathlons de distance olympique (1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied). Ensuite j'ai fait des demi-IronMan (1.9 km de natation, 90 km de vélo et 21.1 km de course). Puis je me suis mise en tête qu'avec le bon entraînement, j'étais capable de compléter le double de cette distance.

Pour joindre l'utile à l'agréable, je me suis trouvé une copine qui avait envie de relever un tel défi avec moi. Nous nous sommes inscrites il y a maintenant un an. Nous nous connaissions depuis seulement quelques mois, mais au cours de la dernière année, une amitié profonde s'est développée. On partageait nos craintes, nos réussites, nos difficultés à concilier famille / travail / entraînements, on se racontait nos vies.... Une de mes nombreuses amitiés qui n'aurait jamais vu le jour si je ne pratiquais pas le triathlon. Et qui contribue grandement à mon ''40% de bonheur'' sur lequel j'ai un contrôle et qui me fait plaisir de travailler

Je ne vous dirai pas que je n'ai vécu que bonheur au cours des 8 mois d'entrainement que cet exploit m'a demandés. J'ai eu parfois envie de rester au lit, de prendre un petit café tranquille avec mon chum ou faire une activité avec les enfants. Surtout lors des entraînements au froid ou sous la pluie. Par contre, je peux vous dire que le sentiment de satisfaction est encore plus grand quand on défie les petites voix qui essaient de nous éloigner de notre objectif.

Ce que j'ai envie de dire ce matin est: oui j'ai complété un IronMan et c'est titanesque! Mais je ne suis pas meilleure qu'une autre. Je compare souvent l'entraînement qui précède l'événement à un ''Voyage" et l'événement en soi à la ''Destination''.

Cette réalisation est due à la rigueur dans l'entraînement. Et ma plus grande réalisation est que j'aie réussi à trouver une multitude de moments de bonheur au cours du voyage et une euphorie difficile à expliquer pratiquement tout au long de la journée dimanche. La fameuse destination!
Je crois très sincèrement que le psychologique a un effet gigantesque sur la façon dont on se sent physiquement.

Je ne crois pas qu'en lisant ces mots vous vous disiez: ''Ça y est!, je m’inscris à un IronMan l'an prochain'', car le bonheur ne passe pas nécessairement par là!

Je crois par contre que le sport, peu importe la forme choisie ou l'intensité, apporte des bienfaits incalculables. Non seulement au point de vue physique, mais ''surtout" au point de vue psychologique. La fierté qui en découle, le désir de manger plus santé, le fait de le pratiquer entre amis, passer du temps a l'extérieur... sans compter la dopamine, sérotonine, ocytocine et les endorphines sécrétées qui augmentent notre motivation, confiance, et qui réduit notre stress.

Je vous invite donc à tenter de trouver VOTRE destination et je vous souhaite le plus heureux des voyages!